La Clean Beauty, c’est quoi ?

La Clean Beauty ? Retenez bien le nom de cette nouvelle tendance qui sera bientôt aussi célèbre que la beauté bio et la beauté naturelle. Elle se déclare plus propre et plus responsable, avec des produits de beauté plus verts, durables, équitables, éco responsables et éthiques.

Quelle est cette nouvelle tendance exactement ? La Clean Beauty, c’est quoi ? 

La Clean Beauty (ou la Beauté Clean) est une tendance de fond où la santé et l’éco responsabilité occupent une place centrale. Elle concrétise ce profond changement des consommateurs qui recherchent plus de transparence, de sécurité et de santé pour leur peau et pour la planète.

Quelle est la définition de la Clean Beauty ?

Il n’y en a pas, ce n’est ni un label, ni une marque mais un mouvement profond amplifié par les crises environnementales et sanitaires.

Une notion aux contours flous

Cette notion de “beauté propre” reste floue puisqu’elle n’a encore aucune définition officielle. Elle ne peut qu’être subjective, chaque marque s’appropriant ces deux mots à sa façon. Au-delà des produits de beauté, la Clean Beauty est devenue un terme générique. Synonyme d’une cosmétique vertueuse, la Clean Beauty inclue aujourd’hui la formule bien sûr, le packaging mais aussi toute la chaine de valeur, l’éthique et la transparence.

Un concept global

Être clean, au-delà du produit lui-même, c’est aussi ne pas exploiter les enfants, être cruelty free … A noter que la Chine vient enfin, en janvier 2021 de renoncer à imposer la pratique des tests sur animaux pour les cosmétiques français entrant sur leur marché. Une révolution !
La Clean Beauty prend en compte également tout l’écosystème
du produit, packaging et impact environnemental.

L’origine de la Clean Beauty

Clean beauty - WE ARE CLEAN

Derrière ces deux mots, clean et beauty, figure initialement tout le paradoxe américain, pays où elle née.

Des lois très différentes selon les continents

Aux États-Unis, seulement 8 substances sont interdites par la puissante FDA (Food & Drug Administration) dans les formules. Alors que dans la réglementation européenne, ce sont 1383 ingrédients et familles d’ingrédients qui sont interdits ! Ce qui fait de l’Europe la zone la plus stricte au monde en matière de législation cosmétique. C’est rassurant.

Un concept né aux États-Unis

Ce n’est donc pas un hasard qu’en l’absence de règlementation pointue, le concept de la Clean Beauty soit né aux États-Unis en 2000. Il fallait bien remédier à cette lacune et rassurer des consommateurs avides d’informations, de transparence, d’honnêteté, de sincérité et surtout inquiets de la santé de leur peau comme de celle de la planète.

Pourquoi un tel engouement pour la Clean Beauty ?

Elle est vraiment née d’un enjeu de santé, et la relation santé-beauté est devenue encore plus criante depuis la pandémie de Covid.

Des peaux de plus en plus sensibles

Les consommateurs sont préoccupés par leur peau, qui n’a jamais été aussi sensible et irritable, voire même allergique. La forte hausse de fréquentation des dermatologues en atteste. Le stress et pollution sont aussi passés par là.
L’accumulation des ingrédients sur la peau et l’interaction (parfois néfaste) entre eux, explique aussi cette augmentation du nombre des peaux sensibles.

L’éveil des éco-consciences

L'éveil des éco-consciences - Clean Beauty - WE ARE CLEAN

Les consommateurs d’aujourd’hui, soucieux de leur santé et de leur environnement, ont soif de vérité et sont en quête de réassurance. Ils demandent un fort engagement aux marques et les boycottent si celles-ci ne sont pas porteuses de sens.

La composition des formules, une préoccupation grandissante

Les chiffres concernant la Clean Beauty le prouvent. Une étude Kantar de fin 2019 montre que 44% des Français sont attentifs à la composition des produits d’hygiène beauté, et une étude Prisma Media Solution de septembre 2020 déclare que « 62% des Français démontrent un intérêt pour la cosmétique naturelle, bio et vegan ». 44% d’entre eux en achèteraient déjà. Leurs motivations ? « Prendre soin de moi et de ma santé (68%), s’inscrire dans une démarche globale de consommation responsable (60%), adapter mes produits à mes problèmes dermatologiques (27%) ».

Si la Clean Beauty séduit surtout les jeunes sur les réseaux sociaux, plus d’un tiers des consommateurs encore, ne sait pas bien quoi en penser (Etude Prisma Media Solution).

Les caractéristiques de la Clean Beauty

La Beauté Clean représente un nouveau mode de consommation, qui repose sur des principes tels que la transparence, la traçabilité des ingrédients, le respect de la peau et de l’environnement, le recyclage des emballages.

Les formules de la Clean Beauty

La composition des produits « clean » doit être courte et ne pas contenir certains ingrédients indésirables et controversés. Plus précisément, elle affiche :

  • Une liste d’ingrédients limitée, sans superflu.
  • La liste INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) est inscrite sur tous les produits, en noms latins, et elle indique les ingrédients dans l’ordre de concentration décroissant. Les premiers sont donc les plus importants à vérifier.
  • Des ingrédients bio ou naturels en alternative aux ingrédients de synthèse
  • Des ingrédients non controversés, ce qui élimine les familles suivantes :
    • Les ingrédients CMR (cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction)
    • Les ingrédients soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens
    • Les ingrédients soupçonnés de toxicités diverses
    • Les nanomatériaux
    • Les agents irritants, allergisants ou comédogènes
    • Les allergènes

La liste d’ingrédients indésirables à éviter

  • Les parabens et le phénoxyéthanol
  • Les huiles minérales issues du pétrole (qui étoufferaient la peau)
  • Les silicones (très polluants)
  • Certains sulfates comme le SLS, un tensio-actif, c’est à dire un agent moussant (qui serait irritant)
  • Les sels d’aluminium (qui seraient potentiellement cancérigènes pour certains scientifiques)
  • Les alcools pour leur action desséchante sur l’épiderme
  • Les parfums qui renferment des molécules allergènes
  • L’EDTA, un conservateur considéré comme toxique
  • Les polymères PEG qui sont obtenus à partir de gaz toxiques polluants

Les méthodes de fabrication de la Clean Beauty

  • En termes de procédé de production, la Clean Beauty privilégie bien sûr la chimie verte, qualifiée de chimie durable ou renouvelable. Cette méthode de fabrication applique les principes du développement durable au monde de la chimie. Elle élimine l’usage ou la production de substance néfastes pour l’environnement. Cette chimie verte respecte l’équilibre économique, social et environnemental du milieu dans lequel elle s’exerce.
  • Les circuits courts sont recommandés afin de limiter l’impact environnemental. D’où le succès du Made in France.
  • D’autres choix de formulation, censés être plus écologiques, sont aussi faits par certaines marques. La cosmétique solide avec des shampooings en pain (comme les savons), ou encore des nettoyants en poudre à appliquer sur peau humide, permet de s’affranchir des conservateurs nécessaires dans la cosmétique traditionnelle, à cause de la présence d’eau dans les formules. La cosmétique solide offre aussi l’avantage d’utiliser moins de plastique puisque les formules n’ont pas besoin d’être mises dans des flacons.

Les packagings de la Clean Beauty

Packaging - Clean Beauty - WE ARE CLEAN

C’est probablement l’un des points les plus difficiles à traiter car il n’y a pas encore de modèle parfait, mais les fabricants s’y attellent.

  • Des emballages respectueux de l’environnement
  • Écoresponsables, éco conçus, avec un minimum d’emballage
  • Recyclés, recyclables, réutilisables, rechargeables, biodégradables
  • Avec un faible impact carbone,
    Les choix de packagings se portent vers le verre et l’aluminium, plutôt que le plastique.

Les valeurs de la Clean Beauty

Au cœur de la Beauté Clean, il y a l’exigence d’une éthique générale, à la fois humaine et environnementale.

  • Pour les hommes : les marques et industriels du secteur participent à la protection des travailleurs, à la création de filières responsables, à la mise en place d’un commerce équitable. Ils financent des causes sociétales et adoptent une démarche philanthropique. L’éthique de la Clean Beauty interdit évidemment de faire travailler les enfants de quelque façon que ce soit.
  • Pour la planète : certaines entreprises cosmétiques aident à la plantation d’arbres, la compensation carbone, la préservation des océans et la faune, d’autres privilégient le circuit local, le respect de l’eau… autant d’initiatives où les marques rivalisent pour protéger la planète.

Les applis de la Clean Beauty

Mises au point grâce à l’intelligence artificielle, elles font le point sur le produit. Les plus connues

  • Clean Beauty a été créée par une pharmacienne. Son appli analyse la composition et donc les ingrédients, mais ne note pas le produit.
  • INCI Beauty propose une fiche du produit avec une note. Cependant, la base de données est moins large et le classement des produits est fonction de leur popularité.
  • Yuka, déclinaison de la version alimentaire, possède une base source de 500 000 cosmétiques. Elle note chaque produit en appliquant un malus pour chaque ingrédient controversé.
  • Quel Cosmetic (UFC Que choisir) permet de repérer les substances indésirables à partir du code-barres (mais ne considère pas l’évolution des formulations).
  • Claire, l’application de la FEBEA (la Fédération des Industries de la Beauté), qui a été lancée fin 2020, décortique chaque ingrédient en expliquant les raisons de la polémique quand il y en a une.

Toutes ces applications n’ont pas les mêmes critères et prennent en compte pour l’instant uniquement la formule du produit, ce qui explique des résultats différents d’une appli à l’autre.

Les autres sources d’information sur la Clean Beauty

Pour ne pas avoir comme seul éclairage les applis et leurs avis très tranchés, il est souhaitable de s’informer auprès d’autres acteurs qui apportent nuances et explications.

  • Les magasins spécialistes de Clean Beauty se multiplient. La référence dans le domaine – Oh My Cream ! – est le précurseur de concept stores qui offrent un casting pointu de marques clean internationales, haut de gamme, avec une grande attention apportée au conseil.
  • Les plateformes multi marques on-line dédiées aux produits clean comme Botymist, site sur lequel on peut rechercher un produit à partir des ingrédients qu’il contient.
  • Les nombreux blogs et les sites référents de la Clean Beauty comme le blog Ohmycream.
  • Les influenceuses bien sûr, très actives sur Instagram pour vanter les mérites de la Clean Beauty comme @naturellement_lyla, @peau_neuve.
  • L’industrie cosmétique. Il est intéressant d’avoir la vision de la Febea, Fédération des industries de la beauté.

Attention au « clean washing » !

Comme souvent quand une nouvelle tendance émerge, certaines marques opportunistes cherchent à surfer sur la vague et leurs services de marketing ne résistent pas à la tentation du « clean washing ». La Clean Beauty se limite alors à un argument de vente surexploité qui ne correspond pas à la réalité. Car le clean suppose de l’honnêteté, de la sincérité, de l’authenticité. Et aussi de l’humilité car, une fois encore, la Clean Beauty parfaite n’existe pas.

Alors voilà, tout est question de compromis et de « meilleur possible » à trouver pour soi. Trackez les ingrédients clean bien sûr, mais aussi l’éco-responsabilité des emballages, la traçabilité des produits, le local, la transparence, et l’éthique des marques. Et si vous ne deviez retenir qu’une seule chose ? Être clean, c’est être minimaliste : évitez les formules trop longues et privilégiez des routines de soin simples. Less is more.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *