Cuisiner - CLEAN Eating - WE ARE CLEAN

Grande cuisine avec petits restes

Faciles et très économiques, les repas de la seconde chance sont de plus en plus fréquents. Tout savoir sur les restes à réutiliser avec les conseils de Natacha Mouton, experte en cuisine anti-gaspi.

Ne pas jeter les restes, par principe, ou pour d’autres raisons (moins dépenser, cuisiner vite fait, etc.) cela vaut la peine.

« Je suis issue d’une famille de cordons bleus, mais il fallait finir son assiette et ne pas jeter. » explique Natacha, auteur du livre hyper inspirant Ma petite cuisine anti-gaspi.  Si cuisiner les restes est donc tout naturel pour elle, c’est aussi de plus en plus tendance. Car oui aujourd’hui, face aux enjeux écologiques, tous les gestes anti-gaspi comptent. Et savoir cuisiner les restes tient plus de la créativité culinaire que de la mesquine radinerie.

Pourquoi cuisiner les restes ?

Les restes - CLEAN EATING - WE ARE CLEAN

C’est d’abord un petit plus économique. En apprenant à improviser avec le contenu du frigo, on dépense forcément moins et on passe moins de temps au Franprix en bas de chez soi. Ensuite l’atout est écologique, fini le gaspillage et les poubelles qui se remplissent après chaque repas. Pour rappel, selon l’Ademe (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), 10 millions de tonnes de nourriture encore consommable sont gaspillés chaque année en France. Et, chaque Français jette à lui seul en moyenne 20 kg de déchets alimentaires par an.

Une cuisine inventive et bien gérée

Cuisiner les restes c’est apprendre à mieux gérer les surplus. Natacha Mouton est une mine à idées pour cela. « Vous avez fini les saucisses et il vous reste plein de lentilles ? Passez-les sous l’eau et accompagnez-les d’une sauce vinaigrette. » Hop, ni vu, ni connu, une petite entrée fort sympathique en perspective. Car cuisiner pour toute la famille tous les jours demande une sacrée gymnastique intellectuelle et une logistique hors-pair. « Apprendre à cuisiner les restes va aussi permettre de ne pas faire les courses tout le temps mais d’apprendre à ouvrir le frigo et à être inventif » poursuit l’auteur de Ma petite cuisine antigaspi.

Quelques règles de base de la cuisine anti-gaspi

Pour devenir un expert en restes, il faut cependant un minimum d’organisation. Mais rassurez-vous ce n’est pas très compliqué :

  • Listez vos essentiels et ayez-en toujours sous la main. Par exemple des pâtes à tartes feuilletées, de la crème fraiche, des lardons, des pâtes, du riz
  • Conservez les pots en verre du commerce (plats de sauce toute faites) qui vont vous servir pour congeler les restants de vos plats.
  • Organisez votre frigo comme une machine de guerre. Devant les « rapidement consommables », derrière les « ça peut attendre ». Idem pour les placards. Une étagère pour les féculents, un autre pour les conserves. Ainsi en un coup d’œil, vous allez savoir quelle artillerie vous avez sous la main. 
  • Inspirez-vous des comptes pleins de malices comme @lapetitecuisinedenat ou @camilleselance sur Instagram et créez-vous un tableau avec des épingles « spécial idées antigaspi » sur Pinterest pour les jours en manque d’inspiration.
  • Redécouvrez l’art de faire des bouillons, des conserves ou des confitures. Ou plus simplement des salades à tout et des « pâtes de mon invention ».

La cuisine antigaspi est audacieuse

L’avantage avec les restes, c’est que tout est permis. Au pire, si c’est raté ce n’est finalement pas si grave, vous changez le menu pour un plat de pâtes et vous jetez les restes ratés. Donc n’hésitez pas à vous amuser. Un exemple ? Une pauvre tranche de jambon cuit sèche dans le frigo… Passez-la au four et utilisez-la comme un crouton dans un bol de soupe. Faites des mélanges quiche ou tarte et arborez fièrement le titre de « reine de la quiche », en demandant à vos enfants de deviner son contenu surprise… D’autres exemples ? Le poulet du dimanche peut finir en poulet au curry sauce indienne et riz. Si trois fromages se battent en duel sur votre plateau, proposez un remix avec spaghettis aux trois fromages. Et un fond de ratatouille servira de base à un délicieux cake !

Congeler ou remanger ?

Le congélateur va vite devenir votre meilleur ami pour la vie. C’est en effet facile de congeler les restes pour plus tard. Oui, c’est une bonne idée… à condition d’être un minimum organisée. Déjà, le congélo se dégivre une fois par an. Donc, avant de partir en vacances par exemple, remettez les compteurs à zéro. A votre retour, notez tout ce que vous congelez au fur et à mesure sur un petit carnet et prévoyez un repas par semaine « spécial congélo » (le lundi par exemple) ou une semaine par mois de repas « congélo » (la dernière du mois) pour éviter de remplir les bacs sans jamais le vider. Cela vous obligera à mieux gérer le contenu du congélateur.

Enfin, après avoir appris à cuisiner les restes, passez à l’étape suivante et mettez-vous au Batch Cooking, l’art de cuisiner d’avance pour toute la famille !

A lire pour aller plus loin :

  • Bouillons Gourmands, de Keda Black, Éditions Marabout, 16,90 €.  
  • Ma petite cuisine anti-gaspi, de Natacha Mouton, Éditions Eyrolles, 17,90 €.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.