BIEN RESPIRER - WE ARE CLEAN - CLEAN LIVING

Comment bien respirer ?

La respiration serait-elle la clé du bonheur ? Mieux respirer, c’est la garantie d’être moins stressé et de vivre avec sérénité les aléas du quotidien. Mode d’emploi pour améliorer sa respiration et se sentir beaucoup mieux.

Bien sûr respirer, tout le monde sait faire. C’est même naturel et automatique. Sans respiration… pas de vie. C’est d’ailleurs le premier souffle, l’air qui entre dans les poumons, qui arrache les pleurs du nouveau-né. Physiologique et vital, on respire la plupart du temps sans y penser. Sans y prêter attention. Du coup, la respiration reste superficielle, les mouvements trop rapides et focalisés sur le haut du corps. À la clé : fatigue et stress, ou du moins, mauvaise gestion du stress. 

Comment respirez-vous ?

Mettez-vous simplement en position allongée, une main sur la poitrine, l’autre sur le ventre. Respirez comme vous le faites habituellement, ne cherchez pas à contrôler.

1- Prenez conscience de votre respiration

Faites une bonne inspiration, si votre poitrine (haut du corps) se soulève en premier, vous êtes « team thorax » et vous n’utilisez pas toutes vos capacités respiratoires. Le but du jeu est d’intégrer la « team ventre. » Et de respirer comme les bébés : en gonflant d’abord le bas du corps. Ainsi, à l’inspiration, le ventre se gonfle et il se dégonfle à l’expiration.

Au début, cela va vous demander un peu de concentration, car cela fait des années que vous respirez à l’envers. Une fois le nouveau mouvement intégré, il vous suffira d’y repenser à des moments clé de la journée (en cas de coup de fil de Big Boss par exemple) pour vous remettre dans les bons rails et mieux respirer pour affronter la tornade. 

Les bienfaits de cette respiration à l’endroit ?

La fatigue se fait ressentir moins vite, normal puisque nous respirons plus amplement et nous apportons ainsi plus d’oxygène à nos cellules. Autre bienfait : une meilleure élimination des toxines. Sans oublier que la respiration joue aussi sur la production de certaines hormones, notamment la noradrénaline, responsable de l’attention et du cortisol, responsable du stress. D’où l’intérêt de mieux maîtriser sa respiration en cas d’hyperactivité ou de stress continu.

2- Trouvez le bon rythme

Il est très facile à acquérir : comptez le nombre d’inspiration-expiration par le nez que vous faites en une minute (prenez le minuteur de votre téléphone.). Idéalement, il faudrait en compter 8. Oui, le rythme idéal est beaucoup plus lent que celui que vous pratiquez.

3- Petit conseil 

Pensez à votre posture. Un dos droit, épaules en arrière, nuque allongée permettent aussi de mieux respirer. 

Contrôlez votre respiration

En reprenant le contrôle sur sa respiration, c’est le système parasympathique (celui du calme et de la détente) qui est stimulé, et non pas le système sympathique (celui de l’excitation et de l’agitation). Se recentrer sur sa respiration, ample et profonde, favorise la concentration, le sommeil et chasse les émotions négatives (colère, tristesse) et les angoisses. En effet, la respiration consciente nous ramène au moment présent (ici et maintenant, pas dans le futur, source d’inquiétude, ni dans le passé, source de regrets).

Respirez pour rester jeune

La qualité de la peau est aussi intimement liée au niveau de stress. Teint brouillé ? Pas seulement ! En effet, le cortisol (encore lui) a un impact sur le système immunitaire de la peau et dégrade la qualité (et la production) de son collagène, avec à la clé un vieillissement accéléré.

Entraînez-vous pour mieux respirer !

Trois exercices à pratiquer régulièrement plusieurs fois par semaine :

  • Redécouvrez votre diaphragme en gonflant votre ventre à l’inspiration en exagérant la poussée pour étendre ce muscle principal de la respiration. Après deux ou trois secondes, expirez en rentrant le ventre. 
  • Expirez dans une paille imaginaire : cette technique de sophrologie permet de chasser les tensions en quelques minutes. Inspirez par le nez et expirez (en imaginant retirer toutes les idées qui vous ennuient) la bouche légèrement ouverte, comme si vous souffliez dans une paille.
  • Testez la respiration alternée. Quand vous sentez que la situation vous échappe, installez-vous, confortablement, inspirez profondément par vos deux narines et, au moment de l’expiration, expirez d’une seule narine (en bouchant l’autre avec votre pouce). Inspirez de nouveau avec les narines. À la prochaine expiration, bouchez l’autre narine. Procédez ainsi pendant quelques minutes.

Si vous prenez plaisir à travailler votre souffle, vous pouvez aussi (re)découvrir certaines pratiques qui mettent la respiration profonde en avant comme le yoga, la sophrologie et le Pilates

A lire pour aller plus loin : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.