Bienfaits nature - WE ARE CLEAN - CLEAN LIVNG

Les bienfaits de la nature sur la santé

Ne dit-on pas « aller se ressourcer dans la nature ? ». Sans vraiment identifier ce bien être ressenti, la nature nous fait du bien. C’est aujourd’hui prouvé par de nombreuses études : le contact avec la nature apporte de nombreux bénéfices santé, tant sur le plan physique que sur le plan mental. On vous explique pourquoi et comment profiter des pouvoirs de la nature.

Au plus près de la nature

Quand on parle de nature et de « contact » avec elle, il s’agit de différentes interactions. En effet, la nature, par opposition à la ville, représente tout ce qui est végétal, sauvage, libre de constructions. On parle d’un environnement où les éléments naturels comme la mer, une rivière, un arbre, une montagne, sont présents. Un environnement où l’on peut les ressentir, comme entendre ou sentir le vent, la pluie, le tonnerre. Ce contact est une interaction qui fait entrer en jeu les 5 sens, ensemble ou non. Le bleu du ciel, le bruit de la mer, le toucher de la terre, le parfum de l’herbe coupée sont autant de signaux qui apportent un sentiment de bonheur et de calme. La simple installation de plantes vertes près de soi apporte de la sérénité et une meilleure oxygénation. En anglais on parle même de « green vitamin », la vitamine verte, en référence aux effets stimulants de la nature sur l’homme, qu’on pourrait administrer en cures ou en simple dose quotidienne !

La nature, à quelle dose ?

Cette « dose » peut se concrétiser par une balade en forêt, une pause-café dans un parc plutôt qu’à la cafète. Comme un médicament, on peut moduler la fréquence et la durée pour en augmenter les bénéfices. Ce besoin de temps au contact de la nature, d’en faire « l’expérience » par nos sens, est un besoin fondamental de l’espèce. Un besoin trop longtemps ignoré et impossible à vivre dans les vies urbaines où règne la sédentarité. Perdre ce contact avec la nature régulièrement se traduit par un manque qui peut se ressentir sur la santé. C’est ce que les scientifiques appellent « l’extinction de l’expérience ». D’après une étude des Universités d’Exeter (Royaume-Uni) et Uppsala (Suède), il suffit de 2 heures par semaine dans la nature pour observer déjà un bien-être et des effets santé positifs. A retenir : le jardinage qui est une activité particulièrement anti-stress puisqu’elle combine l’exposition et le contact direct à la nature à une action satisfaisante et valorisante.

La ville, source de nos maux ?

L’homme n’est vraisemblablement pas fait pour vivre sans nature. Nous avons d’ailleurs gardé de notre passé un cerveau reptilien qui s’attend toujours à être entouré de lumière, de vert, de bleu, de bruits et qui a bien du mal à évoluer dans un monde gris, empli de bruits artificiels. En fait, la civilisation thermo industrielle, qui a fait disparaitre ou presque toute trace de nature en ville, ne date pas d’il y a si longtemps. Elle force l’homme à s’adapter à des agressions perçues par son cerveau, à une sur-stimulation citadine épuisante et permanente où les 5 sens sont saturés d’images et d’odeurs, de pollution, de klaxon, d’agitation… Vue, odorat, ouïe sont soumis à un stress énorme, qui maintient l’organisme en état d’alerte permanent. Soumis à tant d’anxiété, de perte de concentration, de surchauffe et d’épuisement mental, certains organismes peuvent connaître la dépression et des troubles psychiques. Voilà pourquoi il n’est pas étonnant que l’on se sente si « soulagé » quand tout s’arrête quand on part dans la nature ! Bonne nouvelle : cet antidote agit presque immédiatement !
Se reconnecter au cœur même de cette précieuse nature n’est pas un caprice ou un snobisme d’urbain moderne, mais un besoin viscéral et un remède à de nombreux maux. Les spécialistes ont surnommé ce besoin instinctif et primaire, la « biophilie ».

Se promener dans la nature : un antidépresseur

Se promener en nature - WE ARE CLEAN - CLEAN LIVNG

De nombreuses études portent sur les bienfaits de la promenade dans la nature. L’une d’elle montre que cinq minutes d’exercices ou de marche dans un parc, dans la nature ou dans un environnement verdoyant de façon régulière ont des effets bénéfiques sur la santé mentale ! Marcher dans un espace vert est une manière de mettre le cerveau en pause, au sens propre. En effet, un chercheur a observé qu’à la fin d’une promenade dans la nature, le cortex préfrontal est moins actif, alors qu’il est très actif quand on déprime. Une balade dans la nature régule les émotions, améliore l’humeur, et calme en réduisant la rumination et les pensées anxiogènes. Elle repose l’esprit, mais le corps aussi : la pression artérielle reste stable lors d’une marche en forêt, alors qu’elle augmente si l’on se « promène » en ville près d’un axe routier, tout comme le rythme cardiaque et le taux de cortisol, la fameuse hormone du stress que le milieu urbain stimule. Les bénéfices du sport sont plus importants quand on le pratique en extérieur. Les neurosciences confirment même que la proximité de la nature prévient l’apparition et l’aggravation d’affections neurologiques et psychiatriques.

De meilleures capacités d’attention et de concentration

Ainsi, passer du temps « dehors », au vert, améliore les fonctions cognitives et atténue des troubles psychiatriques. Plus incroyable encore : observer un espace naturel a des effets positifs sur les capacités d’attention et de concentration ! C’est ce qu’une étude australienne démontre en demandant à des étudiants de faire un exercice après avoir observé un espace bétonné pour les uns, versus un espace vert fleuri en ville pour les autres, pendant… 40 secondes seulement ! Les cobayes qui ont regardé les fleurs sont significativement plus performants, ce qui démontre la sensibilité positive du cerveau exposé à la nature. Ce cerveau “aéré”, qui voit sa zone dédiée à la cognition et à l’organisation des tâches stimulée, atteint une plus grande créativité. Ces résultats permettent d’aider tout « naturellement » les enfants victimes de TDAH, les fameux Troubles de l’Attention et Hyperactivité. Ces troubles, particulièrement handicapants à l’école ou l’on exige concentration et immobilité, sont atténués par des activités sportives ou de simples promenades dans un espace vert. Ce qui permet, en prime, de réduire les traitements chimiques souvent administrés pour traiter ces troubles.

Face à la mer, une nature apaisante

Il n’y a pas que le « vert » qui actionne un effet « bien-être » sur notre métabolisme : la proximité avec la mer est aussi très efficace pour rebooster un moral en berne. Ici aussi les 5 sens sont importants : les pieds dans le sable, le bruit des vagues et du ressac, la sensation du vent sur le visage, ou de l’eau salée sur la peau. La mer est définitivement un excellent remède à (presque) tout ! Mais plus encore, c’est sa contemplation qui procure un effet apaisant profond. L’ensemble de ce que le corps et le cerveau perçoivent en bord de mer possèderait un effet plus intense que celui des espaces verts ! Regarder l’étendue bleue de l’océan serait donc au top de la fameuse expérience de la nature : une super dose d’effets positifs sur les troubles psychologiques, le stress, l’angoisse, la dépression, le manque de sommeil. Troubles qui sont d’ailleurs moins fréquents chez les habitants des zones côtières. Même phénomène lors de l’observation d’un lac de montagne isolé, plus propice à la méditation et à la sérénité qu’un lac ou s’exerce des activités humaines. En fait, plus le site est vierge et sauvage, plus les effets sont bénéfiques.

Regarder la nature pour réduire les violences

Nature avec moins de violence - WE ARE CLEAN - CLEAN LIVNG

On comprend pourquoi la nature est un formidable outil pour réduire les violences dans les zones très urbanisées et surpeuplées. En effet, si la nature réduit le stress, l’irritabilité, facilite naturellement le sommeil, elle permet de réduire aussi les comportements agressifs.
Une étude américaine a ainsi projeté à une partie des détenus d’une prison de haute sécurité, des images de nature, plusieurs fois par semaine. Suite à ces vidéos, les chercheurs ont noté une baisse des agressions, des comportements violents et des signes de nervosité chez les détenus durant plusieurs heures après la séance. Une observation confirmée par le personnel de la prison qui a noté, après une année de cette expérience, que les détenus qui bénéficiaient d’images de nature avaient moins de problèmes de comportement. Alors si vous êtes d’humeur massacrante, que vous n’avez pas accès à la nature directement, visionnez quelques vidéos de champs fleuris, de forêts ou de cascades en montagne, pour vous calmer !

Une diversité et un soleil précieux et protecteur

Au-delà des effets positifs sur le mental, vivre dans ou près de la nature permet d’exposer l’organisme à une grande variété de substances qui stimulent son immunité naturelle. Alors que dans un environnement hygiéniste où l’humain n’est pas ou peu exposé aux microbes, le corps développe plus facilement des allergies ou des réactions inflammatoires. Oui, le corps se renforce au contact de la nature, à condition que la biodiversité soit importante et le milieu sans trop de pesticides ! La perte de biodiversité entrainerait d’ailleurs, faute d’exposition à certains microbes, une affection du microbiote, qui peut mener au développement de maladies, faute pour le corps de savoir s’en protéger.
Enfin, l’exposition à la lumière naturelle du soleil, est la seule qui permet à l’organisme de synthétiser la vitamine D grâce aux rayons UVB. La marche à suivre : s’exposer aux rayons 15 à 30 minutes, deux fois par semaine. La vitamine D, joue alors un rôle préventif contre l’ostéoporose et la décalcification osseuse mais aussi contre l’apparition de maladies cardiovasculaires et de certains cancers. Enfin, la paix intérieure qu’apporte un coucher ou un lever de soleil n’est plus à prouver, il suffit de faire l’expérience !

Au bureau, vive les plantes dépolluantes !

Nature au bureau - WE ARE CLEAN - CLEAN LIVNG

Si vous ne pouvez pas vous échapper à la pause déjeuner dans un parc, vous pouvez toujours vous entourer de végétaux : leur présence ne remplace pas la balade en forêt mais vous apporte un effet apaisant. Des études ont même montré que la présence de plantes sur le lieu de travail réduit la fréquence et la durée des arrêts maladie ! Il existe même des plantes dites « dépolluantes » pour lutter contre les affections dues à la pollution intérieure : crises d’asthme, allergies, maux de tête. En effet, l’air intérieur peut être jusqu’à 10 fois plus pollué que l’air extérieur à cause de la pollution mais aussi des émanations de peintures, des revêtements et de micro-particules de matériaux artificiels, les fameux COV (Composés Volatiles Organiques), que nous respirons malgré tout en continu. Les plantes en intérieur sont gage de bonne santé. Et n’oubliez pas que les matières naturelles dans la déco, comme le bois ou les minéraux, apportent en prime un sentiment protecteur et rassurant.

Se « mettre au vert » pour guérir : les jardins thérapeutiques

Après un accident ou une maladie, la convalescence est plus rapide quand elle se fait dans un environnement naturel. La simple vision d’un paysage naturel par la fenêtre a déjà un effet positif. Des travaux prouvent que des patients hospitalisés guérissent plus vite s’ils ont une fenêtre « avec vue », sur l’extérieur, sur un parc par exemple. Plusieurs études et l’avancée des neurosciences ont confirmé ces données si bien que des jardins thérapeutiques voient le jour. L’effet bénéfique de la nature réduit aussi la sensation de douleur, la prise d’antalgiques diminue et le processus de guérison s’accélère. Les bénéfices de ces jardins sont tels, qu’ils s’implantent dans les maisons de retraites pour leurs vertus sur les dégénérescences neurologiques type Parkinson ou maladie d’Alzheimer. Le jardin thérapeutique « art, mémoire et vie » du CHRU de Nancy, qui se définit comme « un espace à visée thérapeutique pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer » a montré son action direct sur la maladie par des améliorations sur l’autonomie des patients, leurs capacités cognitives, leur sommeil, une baisse de l’agressivité et de l’agitation.

La sylvothérapie : vibrer avec les arbres

Sylvothérapie - WE ARE CLEAN - CLEAN LIVNG

Dans l’art de se ressourcer auprès de la nature, l’action de toucher ou « faire des câlins aux arbres » est bien connu. La proximité d’arbres fait baisser le rythme cardiaque et les hormones du stress (cortisol, adrénaline). Bref, les arbres nous calment ! Des promenades en conscience, au contact physique des arbres, apportent tous les bénéfices possibles : baisse de l’anxiété, meilleure concentration, idées claires, diminution de la colère, meilleure humeur, baisse des signes dépressifs… Selon certains travaux : « fréquenter » des terrains forestiers aurait un effet sur nos cellules en charge de lutter contre les cellules cancéreuses et renforcerait donc notre immunité contre la maladie. Bref, pour notre santé, on devrait tous et toutes avoir un arbre à la maison !

Il n’y a plus une minute à perdre pour s’exposer à la nature ou transposer la nature dans notre vie ! Mais encore faut-il avoir conscience du pouvoir thérapeutique qu’un tel remède, gratuit et illimité, à nos maux modernes ! A nous d’écouter ce que notre instinct nous dit tout bas, de ce que notre corps et notre tête ressentent au contact de la nature : elle nous fait du bien ! Alors cultivons-là, protégeons-là et pensons-y quand ça ne va pas : une dose de vert ou de bleu pour aller mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.