Capillaire - Clean Beauty - WE ARE CLEAN

Clean & capillaires : mode d’emploi

Faire un shampooing puis un masque, pschitter un petit coup de laque avant de filer au restau, c’est bien, mais comment être sûre que ce soit vraiment sain ? Nos pistes Clean beauty…  Sans couper les cheveux en quatre.

Sophie - Clean Beauty - We Are Clean

C’est vrai, il existe bien des composants à contourner dans l’immense palette des soins capillaires que vous affectionnez tant. Et il n’est pas facile de retenir la longue liste de ces composants à éviter. Toutes les marques de capillaires se sont lancées, avec plus ou moins de succès, dans la course au « vert ». Le point avec Sophie Macheteau, spécialiste en cosmétique naturelle et fondatrice du blog suzanegreen.com pour démêler le vrai du faux, connaître les composants à bannir, les alternatives futées et les recettes maison Clean.

Quels sont les composants à proscrire dans les shampooings et dans les soins capillaires ?

La liste est malheureusement bien longue ! 

Tout d’abord, je recommande de bannir les shampooings avec sulfates : essentiellement le laurylsulfate de sodium (SLS) et le laureth sulfate de sodium (SLES). Certes, ils permettent l’obtention d’une belle mousse, mais ils sont agressifs et asséchant pour les cheveux. Heureusement, il existe aujourd’hui de nombreuses formules sans sulfates pour le bonheur de nos cheveux ! Évitez également les formules contentant des huiles minérales (issues de la pétrochimie comme la paraffine), les silicones et polymères (dimethicone, amodimethicone, acrylates crosspolymer) qui asphyxient peu à peu les cheveux, les fragilisent et les rendent plus cassants. Ces composés synthétiques sont des sources non-renouvelables et non-biodégradables. Pas top pour la planète ! 

Le méthylisothiazolinone (MIT) et le méthylchloroisothiazolinone (MCI) sont aussi à esquiver, car ils peuvent provoquer de graves allergies cutanées. Et bien sûr, on évite les formules avec parabens, suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, ainsi que les parfums et colorants de synthèse qui contiennent de nombreux allergènes.

Quelles sont alors les alternatives en termes de composants ?

Laver les cheveux - Clean Beauty - We Are Clean

Pour les shampooings, mieux se tourner vers des formules douces sans sulfates et bio (certifiée ou non mais dans ce cas, il faut bien connaître les valeurs de la marque). Quels que soient les soins, évitez les formules trop longues qui peuvent se transformer en véritable « cocktail allergène ». Misez sur des marques qui se tournent vers le végétal (sans greenwashing) et qui proposent des produits avec des actifs naturels qui prendront soin de vos cheveux (par exemples des protéines de blé ou de riz, des huiles et céramides végétales, du silicone végétal venant d’algues…).

Quelles sont vos recettes « maison » essentielles et simples ?

Recette maison - Clean Beauty - We Are Clean

La base du soin du cheveu, c’est le shampooing. Pour les personnes qui souhaitent le préparer elles-mêmes, je recommande d’utiliser une base shampooing neutre bio, végan et sans palme, dans laquelle il sera possible de rajouter ou 1 ou 2 actifs capillaires naturels : par exemple de l’acide salicylique végétal en cas de pellicules, de la maca vital en cas de cheveux mous, du bisabolol en cas de démangeaisons. Personnellement, je préfère réaliser des shampooings poudre (très écologiques car sans eau) en utilisant des poudres de plantes qui contiennent naturellement des saponines (molécules aux propriétés tensioactives naturelles qui s’apparentent à du savon) telles que le shikakaï, la fameuse « plante shampooing » ayurvédique. J’associe le shikakaï à des poudres de plantes qui apportent du soin aux cheveux. Par exemple le reetha pour son effet détoxifiant et purifiant, le henné neutre qui démêle et booste la brillance, l’amla qui fortifie et stimule la pousse. Idem pour les soins. 


Et du côté des laques ?

Ce sont avant tout des aérosols et ce n’est pas très écolo. Les laques propulsent dans l’air, par micro-diffusion, les substances coiffantes du produit, mais aussi les composés organiques volatils, issus des gaz propulseurs. Raison pour laquelle il est recommandé sur les étiquettes de les utiliser dans des pièces bien ventilées. Ce qui n’est jamais bon signe. Préférez définitivement les sprays coiffants dans des sprays naturels sans gaz. 

Teintures = asphyxie ?

Oui, les colorations permanentes ou durables sont forcément agressives pour le cheveu et le cuir chevelu. Elles contiennent généralement de la p-phenylenediamine, sensibilisante et irritante. L’alternative est d’utiliser des colorations végétales qui couvrent moins bien les cheveux blancs mais sont incomparablement plus green [car dépourvues des substances les plus controversées] et peuvent être tout aussi belles.

En règle générale, retenez que les ingrédients qui arrivent en début de liste des composants sur les étiquettes sont les plus présents dans la formule, même si les pourcentages ne sont pas précisés. Alors, ouvrez l’œil et soyez exigeante, sans néanmoins perdre de vue le plaisir de soigner vos cheveux. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *