Manger healthy et les enfants - WE ARE CLEAN - CLEAN EATING

Enfants : comment leur donner envie de manger sainement ?

J'arrête le burn out en cuisine - WE ARE CLEAN - CLEAN EATING

Plus de carottes, moins de frites, facile à dire mais moins facile à mettre en place. Les pistes à suivre pour inciter les plus petits à mieux manger avec Herveline Giraudeau, psychologue et co-auteur de « J’évite le burn-out en cuisine. »

Préparer les repas pour toute la famille est un véritable casse-tête qui se rapproche dangereusement de la charge mentale… Sauf que tous les experts vous le diront, en matière d’alimentation (comme d’éducation d’ailleurs) ce sont nos actes qui comptent plus que nos paroles. On enfile donc notre toque de super parent pour lui montrer le droit chemin de l’assiette joliment garnie.

©Editions Eyrolles

La guerre des légumes

Pour la co-auteur de « J’arrête le burn-out en cuisine » (Ed. Eyrolles), Herveline Giraudeau, « le plus important reste d’éviter le rapport de force avec ses enfants. Quand l’un d’eux n’aime pas les légumes, il est nécessaire de prendre de la hauteur et de se raccrocher à l’idée que les goûts évoluent dans la vie. » Et surtout, souligne la psychologue on évite absolument le classique « une cuillère pour faire plaisir à maman (ou à papa) » qui risque surtout de créer un rapport malsain à la nourriture. Rappelez-vous aussi que le forcer à finir son assiette est une des erreurs fréquentes qui pousse les plus petits à se couper des signaux fondamentaux de faim et de satiété… A éviter absolument donc au risque sinon de lui voir faire le yoyo avec la balance dans l’adolescence !

Enfants et légumes - WE ARE CLEAN - CLEAN EATING

Alors, oui, on les fait goûter de chaque aliment, mais non, on ne les force pas à finir leur assiette. C’est bien aussi d’apprendre à gérer son bol alimentaire afin de ne pas dépasser ses limites. Et, on ne les prive pas non plus de dessert ! Toujours pour revenir à l’épineux dossier des légumes, rappelez-vous aussi qu’il en existe de nombreuses variétés, imaginez alors un jeu avec votre enfant, chaque saison, faites la liste des légumes qu’il aime et ceux qu’il va essayer (de son plein gré). Il existe pour cela sur internet de nombreux calendriers des légumes de saisons que vous pouvez accrocher sur la porte de votre frigo. « En piochant dans sa liste de légumes amis, c’est plus facile de mettre du vert dans l’assiette » rappelle la psychologue et auteur du blog engagé « Sortez de vos conapts ». Enfin, pensez aussi à varier les modes de cuisson. Les endives en salade n’ont pas du tout le même goût (et la même amertume) que les endives cuites… Idem pour les épinards ou le chou-fleur. Bien sûr, vous pouvez glisser ces légumes mal-aimés dans les gratins et autres lasagnes de légumes, mais leur faire manger des légumes camouflés, c’est aussi un peu tricher… Pensez plutôt à les associer à des moments de convivialité, comme un apéro avec des amis, sous forme de bâtonnets afin d’éviter les éternelles cacahuètes et les caloriques chips quand elles ne sont pas aux légumes !

Techniques de Sioux pour repas équilibré

Cuisiner ensemble - WE ARE CLEAN - CLEAN EATING

Sans vraiment tricher, il faut donc apprendre à ruser un max pour les faire manger équilibré. L’assiette idéale ? Un peu de ce qu’ils aiment (pâtes, riz…) et un peu du reste aussi. Ensuite, « l’ordre dépend de l’enfant, il peut commencer par les pâtes et finir par le reste ou l’inverse » conclut Herveline Giraudeau. Autre technique infaillible ? Les faire participer. A la fois à l’élaboration des repas, en leur expliquant pourquoi les pates matin-midi et soir ce n’est pas possible, et en insistant sur l’importance de miser l’équilibre (protéines-glucides-lipides mais aussi fibres et légumes) sur la semaine (en comptant les déjeuners à la cantine) et la variété des plaisirs.

La bonne idée ? Prendre un temps pour élaborer ensemble les menus des jours suivants assortis des tâches de chacun (mettre la table, débarrasser etc…). Vous pouvez aussi découper des portions illustrées de féculents, fruits et légumes, produits laitiers, bonnes graisses et protéines (viande, poisson ou œuf) et ainsi voir en un coup d’œil si vous consommez bien de tous ces aliments tous les jours.

Carotte et chocolat logo - WE ARE CLEAN - CLEAN EATING

Certains soirs si vous avez le temps, ou les week-ends, vous pouvez aussi demander au petit chef de venir vous aider à concocter le repas. Moment de partage convivial qui lui ouvrira grandes les portes de Top Chef dans quelques années ! En attendant, on vous conseille de l’abonner au magazine de cuisine pour les enfants « Carotte et chocolat », afin que votre chérubin reçoive chaque mois par courrier sa revue avec quinze recettes décryptées pas à pas. Ce mois-ci : le poulet Tikka, les chaussons à la ratatouille et en dessert le croque banane ! Une façon amusante de se mettre derrière les fourneaux !

Autres idées : si vous le pouvez, cultivez un potager ou amenez-le régulièrement à la ferme. Vous habitez en ville ? Donnez-lui la charge d’arroser (sans les noyer) les herbes aromatiques sur le balcon ou inscrivez-vous ensemble à un atelier de cuisine près de chez vous. Vous pouvez aussi, quand il est un peu plus grand, l’amener dans un magasin bio et lui laisser « carte blanche » (dans la limite d’un budget raisonnable, on ne prépare pas le repas pour tout l’immeuble non plus) dans les rayons pour élaborer le repas du soir. C’est une technique amusante pour lui faire découvrir de nouvelles saveurs ! Et, quand c’est lui qui choisit, c’est forcément mieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.